Vous êtes ici : Accueil | comptes-rendus | Compte-rendu Philo-Sorgues du 16 janvier 2015 : « Les frontières du réel »

Compte-rendu Philo-Sorgues du 16 janvier 2015 : « Les frontières du réel »

Ce dernier vendredi, dans le cadre des soirées Philo-Sorgues organisées par la Société Littéraire, Pierre Pasquini, agrégé de philosophie, nous entretenait des « frontières du réel ».

Si, dans la vie quotidienne, il ne semble pas y avoir de grande difficulté à distinguer la fiction de la réalité, il peut en aller autrement dans certaines situations particulières.

 

Dans ses romans pour enfants, la Comtesse de Ségur affirmait que l’âne Cadichon devait pouvoir dresser la queue pour braire. Dans la réalité, pour des raisons anatomiques, jamais un âne ne se comporte de la sorte !

Par contre, un enfant visitant un parc d’attractions rencontrera des personnages vivants facilement identifiables à leurs déguisements comme étant les héros de bandes dessinées à succès : Mickey, Donald, Astérix ou autre Schtroumpf…

Réalité ou fiction ? 

Les faits perceptibles par nos organes des sens (mouvements, sons, formes, couleurs, températures…) ne posent pas de problèmes.

Par contre, lorsque confusion apparaît, il faut faire intervenir les fonctions cérébrales pour faire le partage. Ce qu’un enfant, surtout conditionné par les adultes, est souvent incapable de faire. La croyance au Père Noël en est l’illustration.

L’on en est même arrivé à estimer que « l’esprit créait la réalité ».

Une telle conception mérite d’être confrontée à la Science.

L’exemple de Mendeleïev est particulièrement intéressant. Alors que les connaissances sur la structure de l’atome étaient encore balbutiantes, son tableau de classification périodique des éléments chimiques comporte des cases vides. Celles-ci correspondent à des éléments encore inconnus dont sont même prévues les propriétés. Des découvertes ultérieures en ont confirmé le bien-fondé.

Dans un tout autre domaine, « l’esprit », s’appuyant sur l’observation des résultats de quelques expériences, a permis à Mendel et Morgan de jeter les bases de la génétique alors qu’étaient inconnus les « gênes » et encore moins leur nature.

Alors que le mythe du Père Noël semble réservé ( ?) aux enfants, nombre d’adultes se complaisent dans d’autres fictions, en toute conscience : bateau fantôme, monstre du Lochness, musée Sherlock Holmes, travaux d’Hercule ou aventures d’Ulysse.