Vous êtes ici : Accueil | comptes-rendus | compte-rendu Philo-Sorgues : « Barbares et Civilisés»

compte-rendu Philo-Sorgues : « Barbares et Civilisés»

Ce dernier vendredi, dans le cadre des soirées Philo-Sorgues organisées par la Société Littéraire, Pierre Pasquini nous entretenait des différences existant entre barbares er civilisés.

Le rédacteur de ce texte s’est largement affranchi de la « substantifique moëlle » exposée par le conférencier. Que celui-ci veuille bien ne point lui en tenir rigueur ! Les réflexions personnelles n’engagent que leur auteur.

 

Dans l’Antiquité, l’appellation de « Barbares » a été donnée par les Grecs aux étrangers qui ne partageaient pas leur culture.  Ils reconnaissaient par là qu’ils étaient différents.  Puis, avec le temps, l’acception du terme a évolué pour désigner ceux qui, manquant d’humanité, se comportaient avec cruauté. L’ambiguïté persiste d’autant plus aisément que la civilisation n’implique pas toujours humanité… Surtout lorsque l’on juge du passé en se référant à des critères contemporains ! (comme c’est le cas pour juger de l’esclavage).

En fait, la reconnaissance d’une différence de culture, d’habitudes, de repères de moralité ou de civilité, conduit à des comportements différenciés selon que l’on se considère comme « supérieur » à son prochain ou « défavorisé ». Un exemple, affligeant, nous en est donné quotidiennement, en France, par le souci de nombre de bourgeois de s’affranchir des secteurs scolaires pour protéger leur progéniture ! 

Symétriquement, la « plèbe » s’efforcera de s’élever, de se cultiver et de singer la bourgeoisie : Molière l’a talentueusement mis en scène. La plèbe peut aussi se révolter ou s’abandonner à l’inexorabilité de son sort.

Le souci de protection vis-à-vis des barbares a souvent conduit les puissants (et les conduit encore !) à édifier des murailles et barrières, matérielles ou législatives (voire mentales). Avec le temps, leur inefficacité est patente. Une supposée « loi de Nature » visant à un nivellement général en est sans doute en partie responsable. D’autant plus facilement que des avantages économiques ou moraux y sont en jeu.

Quoi qu’il en soit, ne nous affligeons pas, nous serons toujours les barbares de quelques autres !

19 février 2016

Adresse courriel : societe.litteraire.sorgues@wanadoo.fr
Site de Philo-Sorgues : www.philosorgues.fr
tél. : 04.90.39.10.88 / 06.78.26.56.16