Vous êtes ici : Accueil | comptes-rendus | « L’avenir des illusions », compte-rendu Philo Sorgues 8 avril 2016

« L’avenir des illusions », compte-rendu Philo Sorgues 8 avril 2016

Ce dernier vendredi, dans le cadre des soirées Philo-Sorgues organisées par la Société Littéraire, Pierre Pasquini nous entretenait de l’avenir des illusions.

Les dictionnaires définissent l’illusion comme une erreur des sens ou de l’esprit qui fait prendre l’apparence pour la réalité…

 

Dans le domaine sensoriel, les illusions d’optique sont vraisemblablement les plus souvent évoquées et pourtant généralement facilement explicables par les lois de la physique.

Dans le domaine de l’esprit, l’illusion peut être spontanée chez un individu : on peut croire à l’imminence d’un événement (heureux ou malheureux !) ou faussement interpréter le comportement d’un tiers. Mais l’illusion peut aussi être instillée par un « manipulateur » dont les motivations, pas toujours morales, ne peuvent s’appuyer sur des arguments irréfutables. Combien d’adolescents regrettent leur crédulité infantile face aux tromperies de leurs parents sur l’existence du Père Noël ou de la Petite Souris voleuse de dents de lait… Le doute s’installe alors sur la confiance à accorder aux adultes !

Même si, au fil des siècles, le monde rural s’est laissé berner par les clercs qui lui proposaient un Panthéon de saints protecteurs à invoquer contre les caprices du temps, l’esprit critique n’a pas hésité à polémiquer sur les fondements des religions ! On en était au « temps des Réformes », puis de la Renaissance et enfin au « siècle des Lumières »… Le scientisme se développait, s’accompagnant souvent de désillusions, au moins passagères.

Qu’en est-il en fait de l’avenir des illusions ?

Dans le quotidien, la crédulité humaine savamment exploitée par les publicitaires a débouché sur une société de consommation qui entretient l’économie, fait fructifier le capital et se soucie peu d’écologie ! Mais « on lave plus blanc que blanc », « on mange allégé » ! etc

Dans le domaine du politique, se multiplient les incantations d’aspiration à l’égalité (des chances), à la liberté (de conscience), à la fraternité (des peuples) qui se heurtent à la défense d’intérêts particuliers ou nationaux, matériels ou idéologiques, immédiats ou non.

Heureusement, la rapidité et la facilité de circulation de l’information permettent de croire encore aux espoirs de Martin Luther King « I have a dream ».

Qu’il me soit permis de citer des expressions relatives aux illusions :

« prendre des vessies pour des lanternes »,

« l’habit ne fait pas le moine »,

« tout ce qui brille n’est pas or »,

« croire au petit Jésus soviétique »,

« l’enfer est pavé de bonnes intentions »,

« donner à quelqu’un le bon dieu sans confession »,

« les promesses n’engagent que ceux qui les croient ».

 

La médecine, s’appuyant sur la perception qu’un individu affirme avoir de la réalité a mis au point des tests pour déceler une anomalie de la vision (daltonisme), ou des singularités psychologiques à partir des évocations que suggèrent certains dessins.