Vous êtes ici : Accueil | comptes-rendus | Compte-rendu Philo-Sorgues du 20 mai 2016 : "les causes de l'inquiétude"

Compte-rendu Philo-Sorgues du 20 mai 2016 : "les causes de l'inquiétude"

Ce dernier vendredi, dans le cadre des soirées Philo-Sorgues organisées par la Société Littéraire, Pierre Pasquini nous entretenait des causes de l’inquiétude.

Le dictionnaire donne de l’inquiétude la définition suivante : état d’agitation causé par la crainte, l’appréhension, l’incertitude…

S’agit-il vraiment toujours d’un état d’agitation ? Ne serait-ce pas plutôt un état de préoccupation qui ne laisse pas l’esprit en repos ?

 

Les causes peuvent en être multiples. Tellement diverses, imprécises, souvent permanentes, qu’elles débouchent sur un sentiment de malaise. D’aucuns assurent qu’elles sont toujours liées à quelque chose de vécu. Une illustration peut en être donnée par les « réserves » alimentaires constituées aux périodes de rationnement par les personnes âgées (et pas seulement elles) par crainte du pire…

Les épicuriens préconisent d’écarter les désirs superflus pour vivre en repos : plus facile à dire qu’à vivre !

Faut-il voir dans l’inquiétude une motivation des activités humaines ? La réponse n’est pas univoque. Si l’on a de bonnes raisons de penser que l’on peut intervenir efficacement pour ralentir le réchauffement climatique, augmenter la résistance des bâtiments aux tremblements de terre, limiter les inondations… on acceptera d’engager des crédits importants pour se protéger ;

Par contre, si l’on ignore la nature exacte des risques liés à l’adoption de telle ou telle innovation, beaucoup préconisent un « principe de précaution » quitte à ralentir le progrès par pusillanimité !

Au niveau personnel, d’autres sources d’inquiétudes peuvent être évoquées : l’employé craignant de ne pas être à la hauteur des attentes de son chef, l’adolescent paniqué à l’approche des examens, l’écrivain ou l’artiste remettant indéfiniment son ouvrage sur le métier pour l’améliorer…

L’optimisme voudrait que l’on recherche la quiétude, condition nécessaire sans être toujours suffisante du bonheur. Certains, pensant enrichir notre langue, recommandent d’être « zen » ou d’adopter la « zénitude » …

On vous souhaite d’y parvenir.

Adresse courriel : societe.litteraire.sorgues@wanadoo.fr
Site de Philo-Sorgues : www.philosorgues.fr
tél. : 04.90.39.10.88 / 06.78.26.56.16