Vous êtes ici : Accueil | comptes-rendus | « Peut-on encore parler de progrès ? »

« Peut-on encore parler de progrès ? »

Société littéraire de Sorgues

Fondée le 1 avril 1832 par Jean Joseph Ducrès

«  Peut-on encore parler de progrès ? »

 

Dans le cadre des soirées Philo-Sorgues, organisées par la Société Littéraire, Pierre Pasquini, professeur agrégé de philosophie, nous a entretenus, le vendredi 18 mars de la notion de progrès.

En différents domaines, l’évidence des progrès n’interdit cependant pas d’en constater des ralentissements temporaires, voire même des régressions. C’est avec les « Lumières » que la prise de conscience s’en fit le plus nettement.

Ultérieurement, le grand Condorcet consacra les dernières années de sa trop brève existence à la théorisation des « progrès de l’esprit humain ».

Si Kant et Rousseau, chacun à son propre éclairage adhérèrent à cette vision, un philosophe contemporain, Jacques Gaureux, n’hésita pas à argumenter sur la « grande régression ». Celle-ci trouvant son origine dans la mauvaise inspiration qu’eurent certains humains de s’attribuer des propriétés privées, origine des inégalités.

Il n’en demeure pas moins que les progrès réalisés dans l’acquisition de connaissances et de techniques nouvelles ont largement bénéficié à l’espèce humaine, même si certaines applications, détournées de leur finalité originelle, apparaissent dangereuses pour l’avenir et de l’homme et de son environnement.